Préparer son voyage à Cuba : 5 erreurs à éviter Avant de partir

Erreur n°1 / Négliger les formalités administratives

Certes gérer l’administratif n’est pas la partie la plus amusante de la préparation de votre voyage, mais il ne faut pas la zapper ! Sans quoi vous vivrez la même mésaventure que bon nombre de personnes dont le voyage à Cuba s’est arrêté à la porte d’embarquement…

En synthèse, pour rentrer à Cuba, il faut impérativement :

un passeport en cours de validité ;

un billet d’avion aller-retour ;

une carte de tourisme : à se procurer absolument avant le départ, sinon le risque est grand que votre compagnie aérienne ne vous laisse pas monter dans l’avion ! Vous pouvez vous la procurer au consulat de Cuba ou la commander en ligne ici : Commander ma carte de tourisme. Attention si vous arrivez depuis les USA vous devez vous procurer une carte de tourisme spécifique, renseignez-vous auprès de votre compagnie aérienne, c’est elle qui est censée vous la vendre.

une attestation d’assurance, prouvant que vous êtes couverts pour les frais médicaux à l’étranger et pour les frais de rapatriement. A récupérer auprès de votre organisme de carte bancaire (Visa ou Mastercard) ou auprès de votre assurance habitation (c’est très souvent compris dans votre contrat).

Pour plus d’infos sur les formalités administratives c’est ici : Formalités d’entrée à Cuba

Autre sujet à anticiper : l’argent et les moyens de paiement. A Cuba tout ou presque se paie es espèces, donc partez avec une bonne partie de votre budget en liquide (des euros, surtout pas de dollars, ils sont pénalisés à hauteur de 10% à Cuba). Vous pourrez ensuite utiliser votre carte bancaire pour faire des retraits complémentaires… si elle fonctionne ! Exit les cartes américaines qui sont inutilisables à Cuba. En général pas de problème avec les cartes Visa, en revanche c’est beaucoup plus aléatoire avec les Mastercard. Si votre carte ne fonctionne pas aux distributeurs, essayez à l’intérieur des banques, en vous présentant au guichet.

N’oubliez pas non plus de communiquer à votre banque les dates de votre voyage pour éviter que votre carte ne soit bloquée après un premier retrait à Cuba pour suspicion de fraude. Et faites relever votre plafond de retrait à l’international si besoin.

Erreur n°2 / Prévoir un circuit trop ambitieux

Vous vous êtes plongés dans vos guides de voyage, avez lu toute une série de blogs sur Cuba, vous êtes renseignés sur les forums, et vous avez envie de ne rien manquer ! Normal, on ne part pas tous les jours à Cuba, et il y a tellement de lieux qui ont l’air magique… Sauf que, à vouloir trop en voir, vous n’allez profiter de rien.

L’erreur la plus fréquente des voyageurs est de prévoir un itinéraire trop ambitieux. Non, en 10 ou 15 jours, vous n’avez pas le temps de parcourir l’île d’ouest en est, à moins de vouloir transformer votre voyage en rallye ! Les temps de trajet à Cuba sont longs, bien plus que ce qu’il n’y paraît en regardant la carte ou en consultant Google Maps, qui est de très mauvais conseil pour Cuba et sous-estime clairement les durées de transport entre chaque étape. Misez sur une vitesse moyenne de 70 km/h et vous serez déjà plus près de la réalité… On ne roule pas vite à Cuba !

Notre conseil, c’est de prévoir moins d’étapes, mais de rester au moins 2 ou 3 nuits dans chacune d’elle. D’autant que Cuba, c’est aussi – et surtout- une ambiance et une culture, et si on veut la toucher du doigt, il faut prendre le temps de se poser, d’observer la vie quotidienne, d’échanger avec les habitants… Ce qui ne sera pas possible si vous passez votre temps en voiture !

Si vous n’avez qu’une semaine, limitez vous à 2 étapes, la Havane et Viñales ou La Havane et Trinidad. En 2 semaines, concentrez vous sur l’ouest et le centre de l’île. Vous avez 3 semaines ou plus, alors vous avez le temps de vous rendre en oriente.

Enfin, éviter surtout de prévoir un long trajet le jour de votre vol international retour ! A Cuba on n’est jamais à l’abri d’un contretemps sur la route, et si vous ratez votre vol c’est une erreur dont votre compte en banque se souviendra. Le plus prudent est de dormir à la Havane la veille de son vol, ou de n’envisager ce jour là qu’un court trajet, en se laissant une marge de sécurité.

Erreur n°3 / Ne pas réserver (très) en amont ses moyens de transport

Si vous souhaitez avoir un mode de transport privé, c’est à dire une voiture de location ou une voiture avec chauffeur, anticipez ! Cuba a le vent en poupe auprès des voyageurs et il n’y a pas assez de véhicules, et en particulier de voitures de location pour répondre à la demande. Donc si vous voulez avoir une voiture de location, non seulement n’attendez pas d’être sur place, mais réservez dès que vous avez vos billets d’avion, idéalement 3 à 4 mois avant votre départ. Prévoyez le même délai si vous voulez réserver une voiture avec chauffeur. Et si vous voulez un véhicule peu répandu à Cuba, comme un Mini van de location, là c’est 6 mois avant au minimum qu’il faut réserver !

Autre impératif : évitez les sites arnaques qui fourmillent sur le net. Des prix trop bas, ou des disponibilités lorsque toutes les agences sérieuses vous disent qu’il n’y a plus de voiture, doivent vous alerter. On vous recommande un site super pour votre réservation… le nôtre ;-). Et dans tous les cas relisez nos conseils pour éviter les galères.

Si vous souhaitez voyager en bus, là aussi il faut réserver très en amont sur le site de Viazul.

Vous vous y êtes pris trop tard et il n’y a plus rien de disponible : pas d’angoisse, vous pourrez rallier vos différentes étapes en utilisant les taxis, collectifs ou privés. Ici pas besoin de réserver, tout cela s’organise sur place. Et le tarif sera largement en fonction de vos qualités de négociateur ! Pour plus d’infos voir notre article ici : Bus et Taxis à Cuba

Erreur n°4 / Sous-estimer son budget

Évidemment il y a autant de budgets possibles que de voyageurs. Les backpackers au budget serré pourront limiter les dépenses en se déplaçant en taxis collectifs, en partageant des chambres en casas et en mangeant dans la rue, dans des cantines en pesos cubains.

Mais pour un voyageur qui souhaite un peu plus de confort, l’addition grimpe vite. On pense souvent que Cuba est une destination bon marché, ce n’est pas le cas. La concurrence entre compagnies aériennes fait que le prix des billets d’avion a bien baissé donc on arrive désormais à trouver des A/R à environ 500 euros. Mais au-delà des billets d’avion, comptez un budget important si vous voulez disposer de votre propre véhicule sur place. Même pour un modèle de location de catégorie économique, quand on ajoute l’assurance, l’essence et les parkings, on est déjà sur un budget d’environ 100 euros par jour.

Pour la nourriture, comptez en moyenne 5 CUC pour un petit déj en casa, et entre 8 et 15 CUC pour un dîner, selon le plat choisi. Au niveau des restos l’offre est très large, on trouve des prix très abordables mais aussi des restos qui pratiquent les mêmes tarifs que leurs homologues européens. Les boissons sont en général comptées à part, et il ne faut pas sous-estimer le budget mojitos:).

N’oubliez pas non plus le budget excursion et activités sous peine d’une vraie frustration sur place : comptez 10 CUC pour une entrée dans un parc naturel, 5 CUC par personne et par heure pour une balade à cheval ou à pieds avec un guide. Les excursions en catamaran d’une journée se vendent aux alentours de 50 – 55 CUC.

Pour les hébergements, le plan le plus sympa et le plus économique est de dormir en casas particulares, chez l’habitant. En moyenne, selon les villes et le « standing » de la casa, comptez entre 25 et 35 CUC la chambre double, ce qui reste très abordable. En revanche les prix s’envolent pour les hôtels… Pour une nuit au nouvel hôtel de luxe Manzana Kempinski  à la Havane, comptez 500 CUC par nuit pour la chambre la plus modeste;-).

Erreur n°5 / Penser qu’on achètera ce qui nous manque sur place

Contrairement à ce qu’on lit très souvent dans les médias, non, l’embargo n’a pas été levé ! Il a même été renforcé depuis l’arrivée au pouvoir du nouveau président des USA. Et Cuba en paie toujours durement les conséquences. Cette réalité est bien sûr beaucoup plus grave pour les cubains que pour vous, mais pensez- y quand vous faites vos valises.

Beaucoup de choses sont introuvables à Cuba, donc prenez avec vous tout ce dont vous aurez vraiment besoin : médicaments, anti-moustiques, crème solaire, produits d’hygiène, etc. Pour une liste plus détaillée, consulter notre article que mettre dans ma valise pour Cuba.

Si vous voyagez avec des enfants, pensez également aux couches, au lait, petits pots… et n’oubliez pas votre siège auto car les loueurs cubains n’en ont pas.

Par ailleurs n’oubliez pas de glisser dans vos valises un adaptateur (2 fiches plates, pas de prise de terre), cela vous sera souvent utile. En revanche pas besoin de transformateur. Le 110V suffit pour recharger les appareils usuels des voyageurs : appareils photos, tablettes, téléphones, etc.

Crédit Photos : Geneviève Mulette


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.